Navigation

Mometasone teva 50 microgrammes/dose, suspension pour pulvérisation nasale, flacon pulvérisateur de 120 pulvérisations

Mometasone teva est un médicament générique sous forme de suspension pour pulvérisation nasale à base de Mométasone (50 microgrammes/dose).
Autorisation de mise sur le marché le 18/07/2014 par TEVA SANTE au prix de 4,88€.

 

À propos

    Principes actifs

  • Mométasone

    Excipients

  • Cellulose microcristalline (E460)
  • Carmellose (E466)
  • Glycérol (E422)
  • Sodium citrate (E331)
  • Citrique acide (E330)
  • Polysorbate 80 (E433)
  • Benzalkonium chlorure
  • Eau pour préparations injectables

    Classification ATC

    • système respiratoire

      • préparations nasales

        • décongestionnants et autres préparations à usage topique

          • corticoïdes

            • mométasone

    Statut

    Ce médicament est autorisé sur le marché depuis le 18/07/2014.

 

Indications : pourquoi le prendre?

Indications d’utilisation
  • Rhinite allergique saisonnière ou perannuelle
  • Polypose nasale

Indications thérapeutiques

Le furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale est indiqué chez l'adulte et l'enfant de plus de 6 ans pour traiter les symptômes de la rhinite allergique saisonnière ou de la rhinite allergique per annuelle.

Chez les patients ayant des antécédents de symptômes modérés à sévères de rhinite allergique saisonnière, un traitement préventif avec le furoate de mometasone suspension pour pulvérisation nasale peut être initié jusqu'à quatre semaines avant le début présumé de la saison des pollens.

Le furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale est indiqué pour le traitement symptomatique de la polypose nasale chez l'adulte.

 

Contre indications : pourquoi ne pas le prendre ?

·         Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients (voir rubrique Composition).

·         Infection localisée non traitée au niveau de la muqueuse nasale.

·         Antécédents récents de chirurgie nasale ou de traumatisme nasal jusqu'à la cicatrisation en raison du possible retard à la cicatrisation induit par le corticoïde.

 

Posologie et mode d'administration

Posologie

Population pédiatrique

La sécurité et l'efficacité du furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale n'ont pas été établies chez les enfants de moins de 6 ans.

Rhinite allergique saisonnière ou per annuelle

Adulte (y compris les sujets agés) et enfants de 12 ans et plus : la dose habituellement recommandée est 2 pulvérisations (50 mg/pulvérisation) dans chaque narine une fois par jour (soit une dose totale de 200 microgrammes). Lorsque les symptômes sont stabilisés, la posologie réduite à 1 pulvérisation par narine (soit une dose totale de 100 microgrammes) peut être efficace en traitement d'entretien.

Si les symptômes ne sont pas suffisamment contrôlés, la posologie peut être augmentée à une dose journalière maximale de quatre pulvérisations par narine (dose une dose totale de 400 microgrammes). Une réduction de la posologie est recommandée après stabilisation des symptômes.

Enfants âgés de 6 à 11 ans : la posologie usuelle recommandée est d'une pulvérisation (50 microgrammes/pulvérisation) dans chaque narine une fois par jour (dose totale de 100 microgrammes). MOMETASONE TEVA 50 microgrammes/dose, suspension pour pulvérisation nasale ne doit pas être utilisé chez l'enfant de moins de 6 ans en raison de l'insuffisance de données de sécurité et d'efficacité (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Chez des patients présentant une rhinite allergique saisonnière, un effet clinique significatif a été observé dans les 12 heures suivant la première dose de la suspension pour pulvérisation nasale de furoate de mométasone. Néanmoins, le plein bénéfice du traitement peut ne pas être atteint dans les premières 48 heures. C'est pourquoi, le patient doit poursuivre la prise régulière du traitement pour obtenir le bénéfice thérapeutique complet.

Polypose nasale

La posologie initiale usuelle recommandée pour la polypose est de 2 pulvérisations (50 microgrammes/pulvérisation) dans chaque narine une fois par jour (dose quotidienne totale de 200 microgrammes). Si les symptômes ne sont pas suffisamment contrôlés après 5 à 6 semaines de traitement, la posologie peut être augmentée à une dose journalière de 2 pulvérisations dans chaque narine deux fois par jour (soit une dose totale journalière de 400 microgrammes). La dose de maintien pourra être réduite à la dose minimale efficace. Si aucune amélioration des symptômes n'est perçue après 5 à 6 semaines d'administration deux fois par jour, des traitements alternatifs doivent être envisagés.

Les études d'efficacité et tolérance sur le furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale dans le traitement des polyposes nasales ont été conduites avec quatre mois de traitement.

Mode d'administration

Précautions à prendre avant d'administrer le furoate de mométasone suspension pour pulvérisation nasale:

Avant administration de la première dose, bien secouer le flacon et exercer 10 pressions sur la pompe jusqu'à obtenir une pulvérisation uniforme. Si la dernière utilisation du flacon pulvérisateur remonte à au moins 14 jours, réamorcer le flacon en appuyant 2 fois sur la pompe jusqu'à obtenir une pulvérisation uniforme. Bien secouer le flacon avant chaque utilisation. Le flacon doit être éliminé quand le nombre de doses indiqué a été atteint, ou dans les 2 mois suivant la première utilisation.

Après la première utilisation du flacon pulvérisateur, chaque pression sur la pompe délivre environ 100 mg de suspension de furoate de mométasone, soit 50 microgrammes de furoate de mométasone sous forme monohydratée.

Suspension opaque de couleur blanche à blanc cassé.

 

Mises en garde et précautions d'emploi

Le furoate de moméatsone, suspension en flacon pressurisé doit être utilisé avec prudence, voire évité, en cas de tuberculose pulmonaire active ou latente, en cas d'infections virales systémiques, bactériennes, fongiques non traitées ou en cas d'herpès simplex oculaire.

Tout comme pour les autres corticoïdes administrés par voie nasale, les patients utilisant le furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale au long cours pendant plusieurs mois ou sur une plus longue durée doivent être examinés régulièrement afin de détecter toute modification de la muqueuse nasale. En cas de survenue d'une infection fongique nasale ou pharyngée localisée, l'arrêt du traitement à base de furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale et le recours à une alternative thérapeutique seront envisagées. La persistance d'une irritation rhinopharyngée peut nécessiter l'interruption du traitement par furoate de mométasone.

Bien que le furoate de mométasone contrôle la plupart des symptômes nasaux chez la majorité des patients, l'utilisation concomitante d'un autre traitement approprié peut soulager encore d'autres symptômes, en particulier les symptômes oculaires.

Il n'y a pas de preuve de la freination de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS) à la suite d'un traitement prolongé par le furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale. Cependant, le passage d'un traitement prolongé sous corticostéroïdes systémiques au traitement par furoate de mométasone en suspension par voie nasale nécessite une attention toute particulière. L'interruption des corticostéroïdes systémiques chez ces patients peut entraîner une insuffisance surrénalienne pendant quelques mois, jusqu'à restauration de la fonction de l'axe HHS. Si ces patients présentent des signes et des symptômes d'insuffisance surrénalienne, l'administration de corticostéroïdes systémiques doit être reprise, et d'autres modes de traitement et des mesures appropriées doivent être instaurées.  

Lors de la transition des corticostéroïdes systémiques au furoate de mométasone en pulvérisation nasale, certains patients peuvent développer des symptômes de sevrage aux corticostéroïdes systémiques (tels que: douleurs articulaires ou musculaires, sensation de lassitude et dépression), malgré l'atténuation des symptômes nasaux ; les patients devront être encouragés à poursuivre le traitement. Cette transition peut également démasquer des symptômes allergiques préexistants comme la conjonctivite allergique et l'eczéma qui ne s'exprimaient pas du fait du traitement par corticostéroïdes systémiques.

La sécurité et l'efficacité de la suspension pour pulvérisation nasale de furoate de mométasone n'ont pas été étudiées dans le traitement des polypes unilatéraux, des polypes associés à une mucoviscidose ou des polypes qui obstruent totalement les cavités nasales.

Les polypes unilatéraux dont l'aspect est inhabituel ou irrégulier, en particulier en cas d'ulcère ou de saignement, doivent faire l'objet d'un examen approfondi.

Les patients immunodéprimés recevant des corticostéroïdes doivent être avertis des risques en cas d'exposition à certaines infections (par exemple la varicelle et la rougeole) et de l'importance de consulter un  médecin dans le cas d'une telle exposition. 

Après utilisation de corticostéroïdes intranasaux, des cas de perforation de la cloison nasale ou d'augmentation de la pression intraoculaire ont été rapportés très rarement (voir la rubrique Effets indésirables).

Les corticostéroïdes par voie nasale peuvent avoir des effets systémiques, en particulier à fortes doses et en cas d'administration sur des périodes prolongées. Le risque de survenue de ces effets est beaucoup moins important qu'avec les corticostéroïdes administrés par voie orale et ces effets peuvent varier en fonction des patients et des différentes préparations de corticostéroïdes. Les effets systémiques potentiels peuvent inclure un syndrome de Cushing, un tableau cushingoïde, une inhibition de la fonction surrénalienne, un retard de croissance chez l'enfant et l'adolescent, une cataracte, un glaucome et plus rarement, divers effets psychologiques ou comportement incluant hyperactivité psychomotrice, troubles du sommeil, anxiété, dépression ou agressivité (en particulier chez l'enfant).

Un traitement avec des doses plus fortes que les doses recommandées peut entraîner une inhibition de la fonction surrénalienne cliniquement significative. S'il existe des signes d'utilisation de doses supérieures aux doses recommandées, une supplémentation par une corticothérapie systémique doit être envisagée pendant les périodes de stress ou en cas d'intervention chirurgicale. 

Ce médicament contient du chlorure de benzalkonium qui est un agent irritant pour la muqueuse nasale. En cas d'utilisation prolongée, le chlorure de benzalkonium utilisé comme agent conservateur, peut entrainer un gonflement de la muqueuse nasale. Si une telle réaction apparaît (nez constamment congestionné), il convient d'utiliser si possible des médicaments sans agent conservateur. Si de tels produits ne sont pas disponibles, il convient de privilégier une autre forme pharmaceutique. Voir également la rubrique Données de sécurité précliniques.

Population pédiatrique

La sécurité et l'efficacité du furoate de mométasone en suspension pour pulvérisation nasale pour le traitement de la polypose nasale chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans n'ont pas été étudiées.

Il est recommandé de surveiller régulièrement la taille de l'enfant qui reçoit un traitement prolongé avec des corticostéroïdes à inhaler. En cas d'un ralentissement de croissance, le traitement doit être révisé afin de réduire la dose des corticostéroïdes, à la dose minimale suffisante pour entretenir un contrôle efficace des symptômes. De plus, il convient de prendre avis auprès d'un pédiatre.

 

Grossesse et allaitement

Aucune étude satisfaisante, ou suffisamment contrôlée, n'a été réalisée chez la femme enceinte. Comme avec d'autres corticostéroïdes par voie nasale, le furoate de mométasone en application par voie nasale ne doit pas être utilisé chez la femme enceinte ou chez la femme qui allaite sauf si le bénéfice potentiel pour la mère justifie le risque potentiel pour la mère, le foetus et le nourrisson. Le nourrisson dont la mère a reçu des corticostéroïdes pendant la grossesse doit faire l'objet d'une surveillance attentive en raison des risques d'insuffisance surrénalienne.

 

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Une étude clinique d'interaction avec la loratadine a été réalisée chez l'adulte et chez l'enfant. Aucune interaction n'a été observée.

Voir également la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi (Mises en garde spéciales et précautions d'emploi) concernant l'usage de corticostéroïdes systémiques.

Population pédiatrique

Les études d'interactions médicamenteuses n'ont été effectuées que chez l'adulte.

 

Effets indésirables

Les effets indésirables liés au traitement de la rhinite allergique qui ont été rapportés pendant les études cliniques chez l'adulte et chez l'adolescent figurent dans le tableau 1 suivant.

Tableau 1 : Effets indésirables liés au furoate de mométasone en pulvérisation nasale utilisé pour traiter la rhinite allergique

Très fréquent (³ 1/10) ; fréquent (³ 1/100 à < 1/10) ; peu fréquent (³ 1/1 000 à < 1/100) ; rare (³ 1/10 000 à < 1/1 000) ; très rare (< 1/10 000) ; inconnu (estimation de la fréquence impossible d'après les données disponibles).

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Fréquent

 

Épistaxis, pharyngite, sensation de brûlure nasale, irritation ou ulcération de la muqueuse nasale

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquent

 

Céphalées

L'épistaxis est généralement de gravité légère et se résorbe généralement spontanément ; son incidence avec le furoate de mométasone est plus forte qu'avec le placebo (5 %) mais comparable ou plus faible qu'avec le témoin actif étudié (corticostéroïdes par voie nasale) (jusqu'à 15 %). L'incidence de tous les autres effets avec le furoate de mométasone est comparable à celle observée avec le placebo.

Chez les patients traités pour une polypose nasale, l'incidence globale des événements indésirables avec le furoate de mométasone est comparable à celle relevée avec le placebo et semblable à celle observée chez les patients traités pour une rhinite allergique. Les événements indésirables liés au traitement qui sont signalés chez > 1 % des patients dans les études cliniques sur la polypose nasale figurent dans le tableau 2 suivant.

Tableau 2 : Effets indésirables liés au furoate de mométasone en pulvérisation nasale utilisé pour traiter la polypose nasale : effets observés chez > 1 % des cas

Très fréquent (³ 1/10) ; fréquent (³ 1/100 à < 1/10) ; peu fréquent (³ 1/1 000 à < 1/100) ; rare (³ 1/10 000 à < 1/1 000) ; très rare (< 1/10 000) ; inconnu (estimation de la fréquence de survenue impossible d'après les données disponibles).

 

(200 microgrammes une fois par jour)

(200 microgrammes deux fois par jour)

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Infection des voies respiratoires supérieures

Épistaxis

 

fréquent

fréquent

 

peu fréquent

très fréquent

Troubles gastro-intestinaux

Irritation de la gorge

 

---

 

fréquent

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Céphalées



fréquent




fréquent

Les réactions d'hypersensibilité immédiate, notamment bronchospasme et dyspnée, après administration intranasale de furoate de mométasone monohydraté sont rares. Les cas d'anaphylaxie et d'oedème de Quincke sont très rares.

L'altération du goût et de l'odorat ont également été rapportées dans de très rares cas.

Comme avec d'autres corticostéroïdes en pulvérisation nasale, les cas de perforation de la cloison nasale sont très rares.

Les corticostéroïdes en pulvérisation nasale peuvent avoir des effets systémiques, en particulier à des doses fortes prescrites sur des périodes prolongées.

Les cas de glaucome, d'augmentation de la pression intraoculaire (voir la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi) et/ou de cataractes rapportés avec l'utilisation des corticostéroïdes par voie nasale sont très rares.

Population pédiatrique

Chez l'enfant, l'incidence des événements indésirables avec le furoate de mométasone, tels que épistaxis (6 %), céphalées (3 %), irritation de la muqueuse nasale (2 %) et éternuements (2 %), est du même ordre que celle rapportée avec le placebo.

Des retards de croissances ont été rapportés chez les enfants recevant des corticostéroïdes par voie intranasale à hautes doses et pendant de longues périodes (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr.

 

Surdosage

En raison de la biodisponibilité systémique négligeable (< 0,1%) du furoate de mométasone par voie nasale, il est peu probable qu'un surdosage nécessite d'autres mesures que la simple observation, suivi de la prise du dosage prescrit approprié. L'inhalation ou l'administration orale de doses excessives de corticostéroïdes peut conduire à la suppression de la fonction de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien.

 

Effet sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les effets du furoate de mométasone sur l'aptitude à conduire et à utiliser des machines n'ont fait l'objet d'aucune étude.

 

Propriétés pharmacologiques

Classe pharmacothérapeutique : décongestionnant et autres préparations nasales à usage topique - corticoïdes, code ATC : R01A D09

Le furoate de mométasone est un glucocorticostéroïde qui exerce un effet anti-inflammatoire topique avec un moindre retentissement systémique.

Le mécanisme d'action concernant les effets antiallergiques et anti-inflammatoires du furoate de mométasone réside probablement en majeure partie dans sa capacité à inhiber la libération des médiateurs des réactions allergiques. Le furoate de mométasone inhibe la libération des leucotriènes par les leucocytes chez le patient allergique.

In vitro, les observations sur cultures cellulaires ont montré une forte capacité du furoate de mométasone à inhiber la synthèse et la libération de l'IL-1, l'IL-5, l'IL-6 et du TNFα ; c'est également un puissant inhibiteur de la production des leucotriènes. Le furoate de mométasone est par ailleurs un inhibiteur très puissant de la production des cytokines Th2, de l'IL-4 et l'IL-5 et des lymphocytes T CD4+.

Dans les études utilisant un test de provocation antigénique nasal, le furoate de mométasone en pulvérisation nasale à montré une activité anti-inflammatoire sur les réponses allergiques précoces et tardives. Cet effet correspondait à une diminution, par rapport au placebo, de l'activité histaminique et des éosinophiles, et par la diminution par rapport aux valeurs de base, des éosinophiles, des neutrophiles et des protéines d'adhésion aux cellules épithéliales.

Chez 28 % des patients présentant une rhinite allergique saisonnière, un effet clinique significatif a été observé dans les 12 heures suivant la première dose de la suspension pour pulvérisation nasale de furoate de mométasone. Le délai médian (50 % de la population étudiée) pour obtenir le soulagement a été de 35,9 heures.

Dans un essai clinique comparatif avec placebo, aucun retard de croissance n'a été observé chez les patients pédiatriques (n = 49/groupe) recevant une dose de 100 microgrammes de furoate de mométasone par jour pendant un an.

Les données de tolérance et l'efficacité du furoate de mométasone administré chez les enfants âgés entre 3 et 5 ans sont peu nombreuses, et la posologie adaptée n'est donc pas établie. Dans une étude conduite chez  48 enfants âgés entre 3 et 5 ans recevant 50, 100 ou 200 microgrammes de furoate de mométasone par voie nasale par jour pendant 14 jours, aucune différence significative n'a été observée par rapport au placebo en ce qui concerne la variation moyenne du cortisol plasmatique après un test de stimulation à l'ACTH (test au tétracosactide).

Le furoate de mométasone administré en pulvérisation nasale aqueuse a une biodisponibilité systémique négligeable (< 0,1%) et est généralement indétectable dans le plasma même avec une méthode de dosage sensible ayant une limite de quantification basse de 50 pg/ml; aussi il n'y a pas de donnée pharmacocinétique pertinente pour cette forme pharmaceutique. La suspension de furoate de mométasone est très peu absorbée au niveau des voies digestives et la faible quantité qui pourrait être déglutie et absorbée subit un effet de premier passage hépatique important avant d'être excrétée dans l'urine et dans la bile.

 

Durée et précautions particulières de conservation

Durée de conservation :

2 ans.

Après ouverture : A utiliser dans les 8 semaines.

Précautions particulières de conservation :

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C. Ne pas congeler.

Pas de précautions particulières pour l'élimination.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

120 doses en flacon blanc (PEHD) de polyéthylène de haute densité de 18 g avec une pompe pour pulvérisation en polypropylène. Boîte de 1.  

 

Médicaments similaires