Navigation

Kestin 10 mg, comprimé pelliculé, boîte de 15

Kestin

Kestin est un médicament sous forme de comprimé pelliculé (15) à base de Ebastine (10 mg).
Autorisation de mise sur le marché le 01/02/1996 par ALMIRALL S.A.S au prix de 2,94€.

 

À propos

    Principes actifs

  • Ebastine

    Excipients

  • Noyau :
  • Cellulose microcristalline (E460)
  • Amidon de maïs
  • Lactose
  • Croscarmellose sodique (E468)
  • Magnésium stéarate (E572)
  • Pelliculage :
  • Hypromellose (E464)
  • Macrogol
  • Titane dioxyde (E171)

    Classification ATC

    • système respiratoire

      • antihistaminiques à usage systémique

        • antihistaminiques à usage systémique

          • autres antihistaminiques à usage systémique

            • ebastine

    Statut

    Ce médicament est autorisé sur le marché depuis le 01/02/1996.

 

Indications : pourquoi le prendre?

Indications d’utilisation
  • Rhinite allergique saisonnière
  • Rhinite allergique perannuelle
  • Urticaire allergique

Indications thérapeutiques

Traitement symptomatique de :
- la rhinite allergique saisonnière et perannuelle,
- l'urticaire.

 

Contre indications : pourquoi ne pas le prendre ?

CONTRE INDIQUE :
- antécédent d'hypersensibilité au produit,
- insuffisance hépatique sévère,
- enfant de moins de 12 ans en l'absence de donnée d'efficacité et de sécurité.
En raison de la présence de lactose, ce médicament ne doit pas être administré en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
DECONSEILLE :
- La prescription d'ébastine doit être prudente chez les patients présentant un syndrome du QT long, ayant une hypokaliémie, ou recevant un médicament connu pour allonger l'intervalle QT ou pour inhiber le CYP3A4, tels que les antifongiques azolés, et les macrolides (voir rubrique interactions : kétoconazole, itraconazole, érythromycine, clarithromycine, josamycine).
- Grossesse : les études sur les fonctions de reproduction réalisées chez l'animal n'ont révélé aucun effet nocif. Chez la femme enceinte, le retentissement de la prise de ce médicament en cours de grossesse n'est pas connu, l'absence d'étude épidémiologique rétrospective interdisant toute conclusion. En conséquence, l'administration d'ébastine chez la femme enceinte est déconseillée.
- Allaitement : le passage de l'ébastine et de ces métabolites dans le lait maternel n'a pas été étudié. Son administration durant l'allaitement est déconseillée.

 

Posologie et mode d'administration

Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 12 ans :
- rhinite allergique saisonnière et perannuelle : 10 à 20 mg par jour en 1 prise quotidienne en dehors des repas.
- urticaire : 10 mg par jour en 1 prise quotidienne en dehors des repas.

Comprimé pelliculé rond blanc gravé sur une face "E" et "10" de part et d'autre d'une barre de fractionnement.

 

Mises en garde et précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
- La prescription d'ébastine doit être prudente chez les patients présentant un syndrome du QT long, ayant une hypokaliémie, ou recevant un médicament connu pour allonger l'intervalle QT ou pour inhiber le CYP3A4, tels que les antifongiques azolés, et les macrolides (voir rubrique interactions).
- En raison de la présence de lactose, ce médicament ne doit pas être administré en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
Prescrire avec précaution en cas d'insuffisance rénale.

 

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études sur les fonctions de reproduction réalisées chez l'animal n'ont révélé aucun effet nocif.
Chez la femme enceinte, le retentissement de la prise de ce médicament en cours de grossesse n'est pas connu, l'absence d'étude épidémiologique rétrospective interdisant toute conclusion.
En conséquence, l'administration d'ébastine chez la femme enceinte est déconseillée.
Allaitement :
Le passage de l'ébastine et de ces métabolites dans le lait maternel n'a pas été étudié.
Son administration durant l'allaitement est déconseillée.

 

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

ASSOCIATIONS DECONSEILLEES :
Kétoconazole, itraconazole, érythromycine, clarithromycine, josamycine : Risque majoré de survenue de troubles du rythme ventriculaire chez les sujets prédisposés (syndrome du QT long, congénital).

 

Effets indésirables

Les effets indésirables rapportés lors de l'utilisation d'ébastine sont présentés par système-organe et par ordre décroissant de fréquence, les effets indésirables rapportés ont tous été classés dans la catégorie "très rare" (< 1/10000).
- Système cardiovasculaire : palpitations, tachycardie.
- Système digestif : sécheresse de la bouche, dyspepsie, douleur abdominale, nausée, vomissement.
- Troubles généraux : asthénie, oedème.
- Troubles hépatobiliaires : tests hépatiques anormaux.
- Système nerveux central : somnolence, maux de tête, étourdissement, trouble de la sensibilité.
- Troubles psychiques : insomnie, nervosité.
- Troubles des organes de reproduction : troubles menstruels.
- Troubles de la peau et du système sous-cutané : éruption cutanée, urticaire, dermatite.
- Affections du système immunitaire : manifestations allergiques sévères.

 

Surdosage

- Aux doses supérieures à la dose recommandée, un effet sédatif et atropinique peut apparaître.
- Conduite à tenir en cas de surdosage massif :
. aucun antidote n'est connu à ce jour,
. évacuation gastrique,
. traitement symptomatique,
. surveillance des fonctions vitales incluant une surveillance ECG.

 

Propriétés pharmacologiques

Classe pharmacothérapeutique : ANTIHISTAMINIQUE H1 PAR VOIE SYSTEMIQUE, Code ATC : R06AX22.
(R : Système respiratoire, D : Dermatologie).
L'ébastine et son métabolite actif, la carébastine, sont des antihistaminiques sélectifs agissant sur les récepteurs H1 périphériques, qui semblent dénués d'effets secondaires sédatifs et anticholinergiques aux doses préconisées.

- L'ébastine est rapidement absorbée après prise orale et subit un effet de premier passage intestinal et hépatique très important. Elle est presque entièrement transformée en son métabolite acide pharmacologiquement actif, la carébastine.
- Après administration d'une dose orale unique de 10 mg, le pic de concentration plasmatique est atteint au bout de 2 à 4 heures, avec des taux variant entre 80 et 100 ng/ml.
- L'administration d'ébastine au cours d'un repas riche en graisse augmente l'aire sous la courbe et la Cmax de la carébastine de 50% et 40% respectivement.
- Des études in vitro sur les microsomes hépatiques humains montrent que l'ébastine est métabolisée principalement en carébastine via le cytochrome CYP3A4.
- La demi-vie du métabolite acide est comprise entre 15 et 19 heures, avec une excrétion urinaire de 66%, principalement sous forme de métabolite conjugué. Après administration répétée d'ébastine à raison de 10 mg par jour en prise unique, l'état d'équilibre est atteint en trois à cinq jours, avec des pics de concentration plasmatique allant de 130 à 160 ng/ml.
- L'ébastine et la carébastine sont fortement liées aux protéines plasmatiques, avec un taux de fixation supérieur à 90%.
- Le passage de la barrière hémato-encéphalique de l'ébastine et de son métabolite actif, la carébastine, est très faible.
- Le passage dans le lait maternel n'a pas été étudié.
- Sujet âgé : les paramètres pharmacocinétiques ne diffèrent pas de manière statistiquement significative des valeurs enregistrées chez l'adulte jeune.
- Insuffisant rénal : la demi-vie moyenne d'élimination de la carébastine est augmentée atteignant 23 à 26 heures.
- Insuffisant hépatique : la demi-vie est également augmentée, atteignant 27 heures.

 

Durée et précautions particulières de conservation

Durée de conservation :
3 ans.
Précautions particulières de conservation :
A conserver à une température inférieure à 30°C, à l'abri de la lumière et de l'humidité.

Pas d'exigences particulières.

15 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/Aluminium).

 

Médicaments similaires